Temps de lecture : 1.5 MIN

Open2Europe aux côtés de la startup française Back Market au salon de Barcelone.

Les grands salons de technologie, IFA, CES, Mobile World Congress sont toujours pour les marques l’occasion de redoubler d’inventivité et de présenter des produits ou services à la pointe des tendances.

Mais la créativité ne viendrait-elle pas d’ailleurs ? doit-on systématiquement être dans le ‘’plus ‘’ pour émerger ? l’innovation est-elle systématiquement synonyme de Progrès ?
Lors du récent Mobile World Congress de Barcelone, Open2Europe a accompagné son client Back Market, une start up française prometteuse de par sa vision rupturiste.

L'équipe fondatrice de Back Market: Quentin Le Brouster (CTO), Thibaud Hug de Larauze (PDG), Vianney Vaute (CMO)

L’équipe fondatrice de Back Market: Quentin Le Brouster (CTO), Thibaud Hug de Larauze (PDG), Vianney Vaute (CMO)

Cette année, tous les fabricants ont mis l’accent sur la 5G, les appareils pliables et les smartphones portés au poignet comme une montre. Mais en quoi ces innovations changent-elles vraiment la donne ? en quoi sont-elles sensées « révolutionner » l’expérience du consommateur voire transformer notre société numérique dans son ensemble ?

Selon Back Market, l’important n’est pas d’innover à tout prix comme les constructeurs veulent bien nous le faire croire. Les trois fondateurs de Back Market, Thibaud Hug de Larauze, Quentin Le Brouster et Vianney Vaute, ont la conviction profonde que les consommateurs s’intéressent avant tout au meilleur rapport qualité/prix des produits déjà en vente depuis un certain temps mais dont les spécificités sont encore actuelles et tout à fait fonctionnelles.

Ainsi, pendant que tous les journalistes suivaient les dernières tendances du Mobile World Congress, Back Market prenait le total contrepied en s’intéressant à des modèles plus anciens et à leur reconditionnement afin qu’ils puissent être vendus sur leur plateforme en ligne.
Contrairement aux smartphones d’occasion, les portables reconditionnés sont comme neufs, grâce à une révision générale complète, et sont vendus sous garantie. Cette démarche est innovante, elle a du sens, car elle est durable et signe de progrès.

Il suffit d’aller sur Google Trend, pour s’apercevoir que le terme « reconditionné » est de plus en plus recherché, une tendance qui a émergé il y a cinq ans. Aujourd’hui par exemple, la recherche d’un « Samsung reconditionné » dépasse celle des annonces de la keynote de Samsung qui s’est tenue lors du MWC … et les modèles S9 et S8 sont ‘’googlés’’ aussi souvent que le prochain Samsung S10.

Il faut savoir que les appareils électroniques, une fois usagés durant quelques mois ne sont jamais recyclés – pas même en Europe – et qu’ils sont entreposés dans un no man’s land numérique générant une grave pollution. C’est pourquoi la solution BackMarket est doublement intéressante car elle s’inscrit totalement dans une nouvelle tendance de consommation et fait du bien à la planète.