Pourriez-vous vous présenter et nous présenter votre profession ?
Lars Christensen : je suis danois d’origine. J’ai fait des études en littérature, journalisme et communication. Je fais des RP depuis maintenant plus que 10 ans. C’est un métier passionnant, simple au premier abord, mais difficile à maitriser, encore plus ces dernières années, avec l’émergence des influenceurs, la disparition de certains titres – magazines print. Il est essentiel de savoir créer des relations, rester crédible et justifier l’importance de nos clients et les inscrire dans l’actualité.

Comment décririez-vous votre journée de travail et votre rôle dans l’organisation ?
Je suis responsable de clients stratégiques, pour ceux qui communiquent dans plusieurs pays. Mon rôle consiste à coordonner, être le point de référence pour mes clients et aussi pour les consultants impliqués en interne. Concernant la stratégie média internationale, je m’assure que les contenus que nous créons sont adaptés, traduits et localisés pour chaque pays, chaque audience, toujours dans le but de performer au mieux et remplir les objectifs que nous nous sommes fixés conjointement avec nos clients.

Pouvez-vous nous dire comment vous en êtes arrivé là ?
L.C. : Comme toutes les bonnes choses dans la vie – c’est l’amour, qui m’a fait quitter mon pays et m’installer en France avec ma future femme. J’ai postulé spontanément chez Open2Europe. Dès ma seconde candidature spontanée (et oui, dans mon métier, les relances sont très importantes), et les entretiens, ils ont bien compris que j’étais impliqué, rigoureux, ouvert aux autres et c’est donc très naturellement que j’ai rejoint l’agence depuis maintenant plus de 8 ans.

Une anecdote depuis ton arrivée à l’agence ?
L.C. : 2 mois après mon arrivée chez Open2Europe, je me suis lancé dans le grand bain. Je dois couvrir un événement au Maroc, plus précisément un festival de musique, Mawazine Festival, à Rabat. Avec la venue de médias internationaux, j’ai dû organiser (de façon assez improvisée) des interviews avec des artistes mondialement connus comme Shakira (qui avait plus 2 heures de retard) et Lionel Richie (le chanteur préfère de ma maman) et aussi quelques grands chanteurs africains. Je n’ai malheureusement pas réussi à interviewer Joe Cocker, malgré plusieurs heures à tenter de convaincre son manager de nous accorder quelques minutes avec cette légende du Rock.